VENDREDI 21 JUIN, 22H
Temple, Cully – Nocturne à la bougie 

LES ARTS FLORISSANTS

Paul Agnew, directeur
musical et ténor
Miriam Allan,
soprano
Maud Gnidzaz,
soprano
Mélodie Ruvio,
contralto
Sean Clayton,
ténor
Edward Grint,
basse

 

 

 

Moment d’intense et délicate poésie… Les Madrigaux de la Renaissance, perles d’expressivité et d’émotions, illustrent à chaque instant les affects de leurs textes. Référence mondiale, Les Arts Florissants vous en livrent les pages les plus prenantes, le temps suspendu, à la lueur des bougies.

PROGRAMME

GESUALDO, Tenebrae Responsoria
(Répons des Ténèbres)

 

BIOGRAPHIES

Miriam Allan, soprano 

Décrite par Gramophone comme “sublime”, la voix de Miriam Allan séduit les publics du monde entier, depuis son Australie natale jusqu’au Japon, en passant par Singapour, l’Europe et l’Amérique du Nord.

En 2018, elle chante La Passion Selon St-Matthieu au Wigmore Hall avec le Dunedin Consort et John Butt, avant de revenir en Australie pour créer le rôle de Josabeth (Athalia, Handel) au Pinchgut Opera de Sydney. Elle prépare une tournée autour des Madrigaux de Gesualdo avec Les Arts Florissants et chante Le Messie avec le Portland Baroque Orchestra.

Parmi ses récents projets, figurent notamment les Cantates de Bach qu’elle a interprété pour les BBC Proms, son récital Dowland accompagné au luth au château de Windsor, ainsi que des représentations avec le Queensland Orchestra et Erin Helyard.

À l’opéra, elle chante régulièrement comme soliste avec le Pichgut Opera pour lequel elle interprète les rôles de Isifile (Giasone, Cavalli) et Costanza (Griselda, Vivaldi). Pour le festival d’Innsbruck, elle chante le rôle de Galatea (Acis & Galatea, Handel), tout en assumant divers rôles dans The Fairy Queen au festival lyrique de Glyndebourne, à l’Opéra Comique de Paris et à la Brooklyn Academy of Music de New York. Elle incarne aussi La Reine de la Nuit (La Flûte enchantée de Mozart), Musique et Proserpine (Orfeo de Monteverdi) et plusieurs rôles dans le Dardanus de Rameau.

Miriam Allan chante avec Sir John Eliot Gardiner et les English Baroque Soloists, Masaaki Suzuki et le Bach Collegium au Japon, Nicholas Collon et Aurora Orchestra, Lars Ulrik Mortensen et le Concerto à Copenhague. Elle chante aussi sous la baguette de chefs comme William Christie, Stephen Layton, Laurence Cummings et avec des orchestres comme ceux de la BBC Philharmonic, le Melbourne Symphony, Les Violons du Roi, l’Australian Chamber Orchestra, l’Orchestra of the Age of Enlightenment et l’Academy of Ancient Music.

Elle a chanté la Messe en do mineur de Mozart au Lincoln Center de New York, le Magnificat de Bach au Musikverein de Vienne, le Messie de Haendel à la Sydney Opera House, La Création de Haydn au Barbican, In Convertando de Rameau à la Chapelle Royale de Versailles. Elle se produit aux Mozart Operas Galas, à Covent Garden et à la Philharmonie de Paris à Paris.

Sa discographie comprend la série des Madrigaux de Monteverdi – récompensée par un Gramophone Award – avec Les Arts Florissants et Paul Agnew avec qui elle apparaît dans la version DVD de l’Orfeo dans le rôle de Proserpine. On la retrouve aussi dans le Requiem de Mozart enregistré avec le Leipzig Kammerorchester à l’occasion d’un récital mêlant des œuvres de Haendel et de Purcell sur ABC Classics et dans les collections d’enregistrements live du Pinchgut Opera.

Dans sa critique du Giasone, Gramophone souligne la façon dont son “élégante Hypsipyle a ravi le spectacle plusieurs fois” tandis que Voix des Arts écrit “son timbre est d’un or poli du haut vers le bas”.

Paul Agnew, Directeur musical adjoint des Arts Florissants

Artiste de renommée internationale et pédagogue accompli, Paul Agnew est né à Glasgow et reçoit sa première éducation musicale au sein de la chorale de la cathédrale de Birmingham. Il intègre ensuite le Magdalen College d’Oxford, puis devient membre du Consort of Musicke et interprète les musiques de la Renaissance italienne et anglaise.

En 1992, alors que s’achève la tournée triomphale d’Atys, Paul Agnew est auditionné par William Christie. La rencontre sera fructueuse. Il devient alors l’interprète privilégié des rôles de haute-contre du répertoire baroque français aux côtés de William Christie et se produit également sous la direction de chefs tels que Marc Minkowski, Ton Koopman, Paul McCreesh, Jean-Claude Malgoire, Sir John Eliot Gardiner, Philippe Herreweghe et Emmanuelle Haïm.

Paul Agnew est applaudi dans les grands rôles des opéras de Rameau (Les Fêtes d’Hébé, Les Boréades, Les Indes galantes, Platée, Dardanus) et de Charpentier (Médée, Actéon, La Descente d’Orphée aux enfers, David et Jonathas) mais aussi de Handel (Acis and Galatea, L’Allegro, il Penseroso ed il Moderato) et Purcell (King Arthur, Dido and Aeneas).

En 2007, la carrière de Paul Agnew prend une nouvelle dimension. Il commence en effet à assurer la direction musicale de certains projets des Arts Florissants. Son premier programme en tant que chef invité ?? est dédié aux Vêpres de Vivaldi (Cité de la musique, théâtre de Caen, Konzerthaus de Vienne). Suivent notamment les Odes et Anthems de Handel puis, l’année suivante, Lamentazione, un concert consacré aux polyphonies baroques italiennes. Ce programme a fait l’objet du premier enregistrement discographique de Paul Agnew en tant que chef associé des Arts Florissants.

En 2010, il dirige à nouveau l’Ensemble dans The Indian Queen de Purcell. Puis il lance une intégrale des madrigaux de Monteverdi, un projet qui l’amène à diriger une centaine de concerts à travers toute l’Europe juqu’en 2015 et à enregistrer chez harmonia mundi un florilège des huit livres de Monteverdi publié en trois volumes : « Cremona » (2015 – Prix « Baroque vocal » de l’année 2016 aux Gramophone Awards), « Mantova » (2014), et « Venezia ».

En 2013, Paul Agnew devient directeur musical adjoint des Arts Florissants. Depuis, il dirige régulièrement l’Ensemble : reprise du ballet Doux Mensonges (Opéra de Paris), création de Platée (Theater an der Wien, Opéra Comique de Paris, Lincoln Center de New York), nouvelle production de L’Orfeo à l’occasion de la célébration du 450e anniversaire de Monteverdi (théâtre de Caen, Musikverein de Vienne, Opéra royal de Versailles, Teatro del Canal de Madrid, Philharmonie de Paris) ou encore les productions en tournée issues de l’Académie du Jardin des Voix. Il dirige également l’Ensemble dans de nombreux programmes de concert comme « Les maîtres du motet français » (paru chez Harmonia mundi en 2018) et, pour la saison 2018-19, La Nuit de noël dans la grande salle Boulez de la Philharmonie de Paris et un programme Dixit Dominus (Cité de la musique puis en tournée estivale). Poursuivant son travail d’interprétations intégrales, à partir de 2018 Paul Agnew embarque l’Ensemble dans une nouvelle aventure musicale avec les Madrigaux de Gesualdo, nouveau cycle de concerts sur trois saisons.

Enfin, depuis 2016, la création du Festival de Printemps dans les églises vendéennes, dont Paul Agnew est le directeur, vient compléter ses activités aux Arts Florissants.

Paul Agnew est aussi codirecteur du Jardin des Voix, l’Académie des Arts Florissants pour jeunes chanteurs baroques. Cet intérêt pour la formation des nouvelles générations de musiciens l’a amené à diriger à de nombreuses reprises l’Orchestre Français des Jeunes Baroque ainsi que The European Union Baroque Orchestra. En 2017, Paul Agnew a dirigé l’académie européenne baroque d’Ambronay. Investi dans la pédagogie musicale auprès du grand public et des plus jeunes, il conçoit également des concerts pédagogiques comme Monsieur de Monteverdi et La Lyre d’Orphée.

En tant que Chef invité, Paul Agnew dirige régulièrement des formations jouant sur instruments modernes. C’est notamment le cas du Staatsphilharmonie Nürnberg avec qui il donne une série de représentations des Indes Galantes mises en scène par Laura Scozzi mais aussi de l’Orchestre philharmonique de Liverpool, l’Orchestre symphonique national d’Écosse, l’Orchestre de chambre de Norvège, l’Orchestre symphonique de Seattle, l’Orchestre Symphonique de Houston, l’orchestre du Maggio Fiorentino de Florence…. Il dirige régulièrement des ensembles baroques comme Music of the Baroque (Chicago), Trondheim Barokk, Akademie fur Alte Musik Berlin… Parmi les projets citons entre autre la direction musicale d’une nouvelle production de Platée mise en scène par R. Villazon au Semperoper Dresden.

Novembre 2018

Maud Gnidzaz, soprano

Maud Gnidzaz aborde la musique avec la flûte traversière, s’initie au chant au sein d’une maîtrise d’enfants, se forme également au théâtre et à la danse classique,  participe à des opéras pour enfants.

Diplômée de l’École du Louvre, elle étudie parallèlement le chant lyrique puis elle intègre le Département de Musique Ancienne du CNR de Paris, dans les classes de Kenneth Weiss, Howard Crook, Michel Laplénie, Jean Tubéry, et Sophie Boulin, avec laquelle elle allie le chant à la gestuelle baroque et à la rhétorique. Après l’obtention de son prix, elle étudie à Amsterdam avec Valérie Guillorit, puis avec Elène Golgevit, et actuellement avec Raymond Connell à Londres.

Son répertoire s’étendant de la musique médiévale à contemporaine, elle participe à l’activité d’ensembles de renom. A Sei Voci et Bernard Fabre-Garrus, Solistes XXI de Rachid Safir, Sagittarius avec Michel Laplénie, Bruno Boterf et Ludus Modalis, Jordi Savall et la Capella Reial de Catalunya, La Fenice de Jean Tubéry, Arsys et Pierre Cao, Le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haïm, Leonardo Garcia Alarcon et La Cappella Mediterranea, Pygmalion et Raphaël Pichon, Correspondances avec Sébastien Daucé.

Membre des Arts Florissants, l’ensemble de William Christie, elle s’est produite dans les plus grandes salles et festivals internationaux, tant au sein du chœur qu’en petit effectif et en solo : Jonathas de David et Jonathas de Charpentier (salué par la critique), le Motet pour une Longue Offrande de Charpentier (enregistré au disque), des Anthems de Purcell,  l’Ange de l’Oratorio de Noël de Bach, une fée de Fairy Queen de Purcell, la première sorcière de Dido and Aeneas de Purcell, et de nombreux programmes en ensembles de solistes.

Avec Les Arts Florissants sous la direction de Paul Agnew, elle prend part entre 2011 et 2016 à l’intégrale des livres de madrigaux de Monteverdi, qui connaît un grand succès en tournée et au disque, et fait partie des solistes madrigalistes de Doux Mensonges, ballet de Jiri Kylian à l’Opéra de Paris.

Elle a chanté sous la direction de Jordi Savall dans l’Alcione de Marin marais (rôle de Doris) à l’Opéra Comique, dans un concert « Guerre et Paix au Concertgebouw d’Amsterdam, ainsi que dans des quatuors solistes de la messe en si de Bach à Köthen.

Ces dernières saisons, on a pu également l’entendre sous la direction de Christophe Rousset dans le rôle de Céphise de Pygmalion de Rameau au festival de Trondheim, avec Leonardo Garcia Alarcon et sa Cappella Mediterranea dans des madrigaux et dans un récital d’airs italiens du XVIIème, en récital avec Gilbert Bezzina et l’Ensemble Baroque de Nice, dans les Vêpres à la Vierge de Monteverdi avec la Fenice et Jean Tubéry, ou encore avec son ensemble Daleth voué à l’air de cour, à la cantate et au petit motet.

Saison 2018-19

Edward Grint, Bass-Baritone

Le baryton bass Edward Grint a étudié au King’s College de Cambridge et à l’International Benjamin Britten Opera School du Royal College of Music. Edward a remporté le 2e et 3e prix à International Singing Competition for Baroque Opera Pietro Antonio Cesti d’ Innsbruck, a été finaliste en 2014 du London Handel Competition et a remporté le concours international de chant de Clermont-Ferrand.

Sur la scène lyrique, Edward a interprété Arcas dans Iphigenie en Aulide (Theatre an der Wien), Adonis dans Venus and Adonis, Aeneas dans Dido and Aeneas (Innsbruck Festival) et Teobaldo dans Faramondo de Handel (Göttingen Handel Festival). Parmi les autres rôles figurent Colonel Patience (Musée D’Orsay, Paris), Hobson dans Peter Grimes, Zaretsky dans Eugene Onéguine (Ryedale Festival) et Achilla dans Giulio Cesare à Amsterdam sous la direction de Michael Chance. Au concert, Edward a notamment interprété un programme de cantates de Bach et de Kuhnau avec The King’s Consort (Wigmore Hall), la Passion selon Saint Jean (St. Paul’s Cathedral), le Requiem de Brahms (Cadogan Hall), Dream of Gerontius de Elgar (Cadogan Hall) et Sea Symphony de Vaughan Williams (National Festival Orchestra).

Parmi ses récents engagements, citons la Passion selon Saint Jean et le Dixit Dominus avec Les musiciens du Louvre (Minkowski), la Création avec le Royal Choral Society, la Schöpfungsmesse de Haydn avec le City of London Choir, la Messe en si avec le Gabrieli consort, Chandos Anthems de Handel au Festival de Halle, le Messie et Venus et Adonis avec le Dunedin Consort, Acis & Galatea au London Handel Festival et Dona Nobis Pacem et Dream of Gerontius à la cathédrale de Canterbury.

Ses engagements pour la saison 2018/2019 comportent la Messe en do mineur de Mozart au festival de Salzbourg (Norrington), des concerts avec l’Irish Baroque Orchestra, Acis & Galatea avec le Banquet Celeste, The Cool Web – A Robert Graves Oratorio à St. Paul’s Cathedral, Chandos Anthems au London Handel Festival, le Messie avec le Hanover Band, Dido and Aeneas avec le LPO (Norrington) et la Messe en si avec le BBC Symphony Orchestra (Butt).

Saison 2018/19

Mélodie Ruvio, contralto

A l’âge de 6 ans, Mélodie débute la flûte à bec et intègre le Chœur d’Enfants Sotto Voce sous la direction de Scott Prouty avec lequel elle participe aux productions Jeune Public de l’Opéra Bastille. Après l’obtention d’une licence de Lettres, Langue et Civilisation Espagnoles, elle rentre au CNR de Paris dans la formation du Jeune Choeur de Paris créée par Laurence Equilbey, où elle obtient son DEM de chant.

Rapidement, elle se fait remarquer dans le rôle-titre de la Folie dans Le Carnaval et la Folie de Destouches sous la direction d’Hervé Niquet (ms : Jacques Osinski) à l’Opéra Comique de Paris, au Capitole de Toulouse et à l’Opéra de Bucarest. Elle chante ensuite les rôles de la Paix, de Junon et de Bellone dans Le Ballet des Arts de Lully avec La Simphonie du Marais sous la baguette d’Hugo Reyne (ms : Vincent Tavernier) au Festival de Sablé et à Versailles. Puis elle est troisième soprano solo dans King Arthur de Purcell avec Le Concert Spirituel, sous la direction d’Hervé Niquet (ms : Gilles et Corinne Benizio) à l’Opéra de Montpellier, de Metz, à l’Opéra Royal de Versailles, au Théâtre des Champs-Elysées, au Barbican de Londres et à la Philharmonie de Luxembourg. Affectionnant tout particulièrement le répertoire baroque, elle interprète également le rôle de Phébée dans une version écourtée de Castor et Pollux de Rameau avec l’Ensemble Ausonia (ms : Tami Troman) aux Festivals de Sablé, la Chaise-Dieu et Brême. Puis elle est Disinganno dans Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Haëndel avec Alexis Kossenko et Les Ambassadeurs à Varsovie et Poznan aux côtés de Sabine Devieilhe. On a pu l’entendre également dans les rôles de Fedra et Venere dans Egisto de Cavalli sous la direction de Vincent Dumestre (ms : Benjamin Lazar) à l’Opéra Comique de Paris, à l’Opéra de Rouen et au Grand Théâtre du Luxembourg, ou dans le rôle de Cornelia dans Giulio Cesare de Haendel, sous la direction de Facundo Agudin (m.s : Bruno Ravella) au Stand de Moutiers en Suisse.

Ne se consacrant pas uniquement au répertoire baroque, elle fait ses débuts dans Mozart avec le rôle de la Troisième Dame dans Die Zauberflôte sous la direction de Joël Suhubiette (ms : Eric Perez) au Festival de Saint-Céré et à l’Opéra de Massy, puis elle se perfectionne dans ce répertoire à l’Académie Mozart du Festival d’Aix-en-Provence. Depuis, elle est régulièrement amenée à interpréter le rôle de Troisième Dame comme à l’Opéra de Vichy sous la direction de Roberto Fores Veses ou à l’Opéra de Saint-Etienne sous la direction de David Reiland. Elle interprète aussi le rôle de Cléone dans Thésée de Gossec sous la direction de Guy Van Waas à la Philharmonie de Liège et à l’Opéra de Versailles, et le rôle de la Troisième Bayadère dans Les Bayadères de Catel sous la baguette de Didier Talpain à la Philharmonie de Sofia (enregistrements CD).

Elle participe également à des créations contemporaines. Très récemment, on a pu l’entendre, dans le rôle de la Cuisinière, dans Wonderful Deluxe de Brice Pausey au Grand Théâtre du Luxembourg ainsi qu’à l’Operadagen de Rotterdam. Elle a également créé le rôle de la Troisième Fille du Rhin dans Siegfried, nocturne de Michael Jarrell avec l’Ensemble Multilatérale au Festival Wagner de Genève.

Elle est également soliste dans de nombreuses œuvres religieuses comme le Via Crucis  de Liszt, le Messie et le Te Deum d’Utrecht de Haendel, le Requiem et les Vêpres Solennelles d’un Confesseur de Mozart, Elias de Mendelssohn, la Passion selon St Matthieu, la Passion selon St Jean et la Messe en si de Bach, le Stabat Mater de Pergolèse, le Gloria  et le Nisi Dominus de Vivaldi, le Te Deum de Colin de Blamont et de nombreuses cantates de Bach sous la direction de chefs tels Françoise Lasserre, Rinaldo Alessandrini, Jérôme Correas, Marc Minkowski, Sofi Jeannin, Michael Radulescu, Sylvain Sartre et Margaux Blanchard, Mathieu Romano, Jean-Michel Hasler, Frédérick Haas, Alessandro Mocci…

Parmi ses prochains engagements, on peut citer un cycle de programmes Gesualdo avec Les Arts Florissants sous la direction de Paul Agnew au Festival d’Ambronay et en tournée européenne. Elle sera également Mastrilla et Ninetta dans La Périchole  d’Offenbach avec Les Musiciens du Louvre sous la direction de Marc Minkowski à l’Opéra de Montpellier et à l’Opéra de Bordeaux. Puis elle sera alto solo de L’Oratorio de Noël de Bach sous la direction de Julien Laloux avec Die Freitags Akademie à Berne et Lutry (Suisse). Elle donnera également plusieurs récitals de musique espagnole avec son guitariste Benjamin Valette autour de leur CD Vamos.

Sean Clayton, ténor

Sean trained at the Birmingham Conservatoire with Julian Pike and continued his studies at the Royal College of Music in London with Neil Mackie.

A versatile tenor equally at home on both the opera stage and the concert platform, Sean has performed all over the world including at the Opéra Garnier, the Opéra Comique and the Théâtre des Champs-Elysées in Paris, the Festival d’Aix-en-Provence, the Opera National de Bordeaux, the Bolshoi Theatre in Moscow, the Marinsky Theatre in St Petersburg, the Brooklyn Academy of Music and the Lincoln Centre in New York, Radialsystem V in Berlin, the Royal Albert Hall and the Barbican in London, the Auditorio Nacional de Música in Madrid, the Palau de la Música in Barcelona, the Mozarteum in Salzburg, the National Concert Hall in Dublin and the Wexford Festival Opera.

In 2009, Sean was invited to be part of Le Jardin de Voix, the young artists program of Les Arts Florissants directed by William Christie. Since then he has sung several roles and for numerous choral projects, including music of Scarlatti and Charpentier. Since 2011, Sean has been a part of Les Arts Florissants’ Monteverdi Madrigal project directed by Paul Agnew, performing the eight books all over Europe.

Sean has been invited to sing for many other ensembles including Le Poème Harmonique with Vincent Dumestre, Ensemble Correspondances with Sébastien Daucé and Accentus with Laurence Equilbey. He is also a member of Ensemble Perspectives, a five members vocal group that explores the diversity of a cappella repertoire, from Thomas Tallis to the Beatles via György Ligeti and Duke Ellington.

Recent opera engagements include : Shepherd in Monteverdi’s Orfeo with Les Arts Florissants directed by Paul Agnew ; Don Carlos & Tacmas in Les Indes Galantes by Rameau with Il Giardino d’Amore & Stefan Plewniak (Bydgoszcz Opera Festival and The Lutosławski Concert Studio Warsaw) ; Messenger in Theodora by Handel (Théâtre des Champs-Élysées, Paris); Démocrite in Les Fêtes Vénitiennes by Campra (Opéra Comique, Paris) ; Berger in La Naissance d’Osiris by Rameau (Théâtre de Caen) ; Berger in Actéon by Charpentier; Summer in Purcell’s The Fairy Queen (Glydebourne Opera) ; Secrecy in Purcell’s The Fairy Queen (Festival d’Aix-en-Provence) ; Blindman in a stage creation of Rossini’s Petite Messe Solonnelle (Nico and the Navigators, Berlin) ; Little Bat in Carlisle Floyd’s Susannah; Sailor in Dido and Aeneas by Purcell (English Touring Opera) ; Sandy in The Lighthouse by Peter Maxwell Davies (Montepulciano Festival) ; Aurelius in Purcell’s King Arthur (Der Lautten Compagney) ; Don Eusebio in L’occasione fa il ladro by Rossini (Wexford Festival Opera) ; Fenton in The Merry Wives of Windsor by Nicolai (Opera South) ; Giocondo in La pietra del paragone by Rossini and Fenton in Falstaff by Verdi (Stanley Hall Opera).